Le Diagnostic

Lorsque le patrimoine archéologique est menacé par des travaux d’aménagement (construction d’autoroute, de canal, de ligne T.G.V., de parkings, de lotissements…), la loi de 2001 prévoit l’intervention des archéologues, au préalable, pour établir un diagnostic. Ils se documentent sur l’espace concerné : consultent les archives, les photos aériennes prises… et pratiquent des sondages à intervalles réguliers pour déceler le potentiel archéologique du terrain. Suite à ce compte rendu, l’Etat peut décider de la réalisation d’une fouille préventive d’une durée limitée. Les opérations archéologiques sont financées par les aménageurs et réalisées par des organismes agréés par l’Etat. Seules 20% environ des surfaces aménagées, chaque année en Picardie, font l’objet d’un diagnostic archéologique et seuls 20% de ces diagnostics donnent lieu à une fouille préventive. Les fouilles programmées permettent une étude scientifique plus sereine, qui peut s’étaler sur plusieurs années, car elles sont indépendantes de tout aménagement menaçant les vestiges archéologiques. Mais elles sont de moins en moins nombreuses.

Sur le terrain

La fouille sur le terrain est un travail d’équipe qui comporte de nombreuses tâches et mobilise de multiples compétences. Il faut d’abord décaper le terrain, le plus souvent aujourd’hui à la pelle mécanique, carroyer la zone de fouilles, dégager les vestiges, les relever (dessin, enregistrement des informations : plans, notes, photographies…), les prélever, les conserver en vue de leur étude future. Ceci avec le plus grand soin car, après le passage des archéologues, le site est détruit.

L’étude et la diffusion des résultats

Après le travail de terrain, vient le temps de l’analyse scientifique en laboratoire. Les vestiges les moins fragiles sont nettoyés, marqués, étudiés. Les plus fragiles nécessitent parfois une attention particulière et le recours à des spécialistes du traitement des os, du métal, des céramiques, des peintures murales… L’ensemble du matériel est traité en vue de sa conservation et de sa présentation possible dans un musée Les archéologues doivent exploiter les résultats de leurs découvertes et participer au développement de la connaissance archéologique, en diffusant les informations au sein des institutions de recherche et d’enseignement (universités, C.N.R.S., ministère de la Culture…) mais aussi auprès du grand public, à travers la publication de leurs travaux, des conférences, des expositions, la visite de chantiers, la réalisation de films documentaires. De nombreuses sciences apportent leur concours au travail des archéologues : la géographie, l’histoire, la géologie, l’anthropologie, la topographie, la palynologie, la céramologie…ce qui en fait une discipline très complète.

Vocabulaire

- Archéologie : elle interprète les vestiges matériels laissés par les sociétés humaines.
- Anthropologie : étude des caractéristiques humaines.
- Archéozoologie : son but est de reconstituer les relations de l’homme avec le monde animal au cours du temps, en étudiant les ossements animaux.
- Carpologie : elle étudie les semences (fruits, graines…) ainsi que tous les éléments issus de végétaux découverts dans les sédiments.
- Dendrochronologie : étude des variations de l’épaisseur et de la densité des cernes de croissance annuelle des arbres qui permet la datation.
- Géologie : science qui décrit les matériaux qui constituent la Terre et étudie les transformations qu’elle subit.
- Ichtyologie : étude des restes de poissons.
- Malacologie : elle analyse les coquilles des mollusques terrestres et aquatiques.
- Numismatique : science des monnaies et des médailles.
- Paléontologie : étude de l’évolution des espèces fossiles, animales comme végétales.
- Palynologie : étude des spores et des grains de pollens.
- Pédologie : étude de la formation des sols.
- Topographie : description des formes d’un terrain.
- Tracéologie : étude des traces d’usure laissées sur les outils.

Références documentaires

Guide des méthodes de l’archéologie, J.P.Demoule, F.Giligny, A.Lehoërft, A.Schnapp, Paris, La découverte, 2005,
L’archéologie, Textes et Documents pour la Classe : n°929. 1/02/2007.
Empreintes du passé, Introduction à l’archéologie aérienne, Roger Agache. DVD, 2005, SCEREN CRDP Amiens,
www.inrap.fr
www.archeologie.culture.gouv.fr

Nous contacter

contact facebook de Samara Twitter de Samara Compte google+ de Samara inscription newsletter

Formulaire de contact

Plan