Anecdote

En 1990, Samara décide de reconstituer un fous de potier gallo-romain fouillé à Beuvraignes (Somme) sur le tracé de la ligne TGV-Nord. Pour ce faire, le parc utilise les vraies tuiles plates (tegulae) utilisées au 3ème siècle pour construire le four originel. Les archéologues découvrent alors sur l’une d’elles une empreinte de tissu probablement laissée par le coude du potier sur l’argile encore humide. Des moulages de l’empreinte sont réalisés puis agrandis et minutieusement observés pour préciser la nature des fils, leur mode de torsion et la manière dont ils ont été tissés. Des échantillons sont réalisés (en laine et en lin). Les tissus sont appliqués sur des plaques d’argile fraiches et les empreintes laissées sont ensuite comparées à l’original à l’aide d’un microscope. Un échantillon de ce tissu en laine, très proche de celui du potier romain est présenté à l’atelier tissage de Samara. Sa couleur nous reste inconnue…

L’apparition du tissage

On fait généralement remonter l’invention du tissage au Néolithique, au moment où l’Homme domestique les espèces végétales (le lin) ou animales (le mouton et la chèvre qui fournissent de la laine). Deux découvertes récentes ont fait reculer l’âge des premiers tissus :

  • Une empreinte de tissu a été observée sur la Vénus de Dolni Vestonice en République Tchèque, statuette d’argile cuite vieille de 2800 ans.
  • Près de 700 fragments de fibres de lin portant des traces de torsions, de noeuds et même de couleurs ont été découverts en 2008 dans la grotte de Dzuduana en Géorgie, dans des niveaux vieux de près de 36000 ans.

Les milieux propices à la conservation du tissu
La conservation des tissus étant exceptionnelles de même que leurs empreintes, les archéologues ont à leur disposition d’autres traces indirectes comme les pesons, les fusaïoles ou encore les restes d’insectes (mites) ou spores de champignons (chaetomium) qui parasitent les tissus. Voici quelques milieux propices à la conservation des tissus :

  • Les lacs alpins
  • Les salines ou mines de sel du Hallstat, pour les périodes plus récentes.
  • Les milieux arides (nous avons l’exemple des momies d’Egypte)

Les matériaux tissés

D’abord le lin, peut être l’ortie, le chanvre puis la laine à partir de l’âge du bronze.

Références documentaires

Quand le textile rencontre l’argile, « L’archéologue n°55 » M.P. Puybaret et F. Medard ,
Les premiers tissus, Archéologia n°188, H. Mazurel,
Science, Revue de septembre 2009

Nous contacter

contact facebook de Samara Twitter de Samara Compte google+ de Samara inscription newsletter

Formulaire de contact

Plan